Investir dans le forex, mais pas n’importe comment

forex

De par ses nombreux atouts, le marché des devises, ou Forex (Foreign Exchange), séduit de plus en plus les particuliers. Les offres de courtage pullulent, appâtant le chaland attiré par le puissant effet de levier. Pour éviter les mauvaises surprises, suivez les conseils de professionnels agréés. Continuer la lecture de « Investir dans le forex, mais pas n’importe comment »

Ère Hollande : ou placer son argent ?

Sarkozy Hollande trésor publicAu sortir de la présidentielle, il est intéressant de s’interroger sur la viabilité des investissements, focus sur les différents secteurs : immobilier, actions, métaux précieux. Notons qu’il faudra toutefois rester attentif puisque la fiscalité française devrait être modifiée à partir de juin avec les premières lois de finance de l’ère Hollande. Continuer la lecture de « Ère Hollande : ou placer son argent ? »

La « monnaie » Or, toujours refuge?

lingot d'or

Si le mois dernier sur fond de crise de la dette aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, l’or n’en finissait plus d’atteindre des records historiques, la progression de son cours s’est stoppé net. Les investisseurs ont du accusé un recul du cours, le métal précieux joue-t-il toujours pleinement son rôle de valeur refuge ? Si la parité de la monnaie européenne avec le billet vert reste élevée – au point que la dynamique économique des deux régions n’est pas reflétée – ce n’est que la traduction d’une plus grande inquiétude, sur le fond, suscitée tant par la situation américaine que par celle de la zone euro.

Continuer la lecture de « La « monnaie » Or, toujours refuge? »

PLF 2012 – Immeubles et chevaux : aménagement du régime des plus-values

Au cours de la discussion du Projet de loi de finances pour 2012 les députés ont adopté des amendements modifiant le régime d’imposition des gains de cessions d’immeubles et de chevaux.

Exonération lors de la 1ère cession d’une résidence secondaire

Alors que la 2ème loi de finances rectificative pour 2011 a sensiblement durci le régime des plus-values immobilières, le Projet de loi de finances pour 2012 propose un assouplissement du dispositif en vigueur à partir du 1er février 2012. Continuer la lecture de « PLF 2012 – Immeubles et chevaux : aménagement du régime des plus-values »

L’Or reste une valeure refuge pour les placements

Or valeur refugePour les actions de mines d’or, tous les indicateurs sont passés au vert. Tout d’abord, les mines d’or et de métaux précieux étant cotées en Bourse, leurs cours ont subi l’impact de la baisse de la Bourse cette année, alors que le prix du métal progresse de plus de 25 %. La décote des mines d’or par rapport au métal jaune s’est donc amplifiée ces derniers mois. Continuer la lecture de « L’Or reste une valeure refuge pour les placements »

Plan d’austerité et fiscalité des finances personnelles

Concernant les revenus et plus-values issus de votre patrimoine le mot d’ordre du gouvernement est : hausse des prélèvements. Les prélèvements sociaux sur l’épargne (intérêts, dividendes, plus-values sur titres et sur l’immobilier) passent de 12,3 à 13,5 %, auxquels s’ajoutent bien évidement, selon les cas, soit l’impôt sur le revenu soit le prélèvement forfaire. Continuer la lecture de « Plan d’austerité et fiscalité des finances personnelles »

Investir dans l’or en 2011

investir dans l'or en 2011

Les fonds de métaux précieux ne sont pas une martingale

Depuis le début de l’année, l’once d’or a gagné 6 % et se situe à son record historique. Il a bénéficié, d’une part, des mesures d’assouplissement quantitatif QE2 prises aux Etats-Unis, qui ont pour conséquence un accroissement de la liquidité, et, d’autre part, de la faiblesse du dollar. Traditionnellement, son cours évolue à l’inverse de celui du billet vert. Dans un contexte macroéconomique troublé, avec la hausse du baril de pétrole et le tsunami au Japon, il a aussi servi d’assurance de portefeuille.

En dépit de ce beau comportement, les fonds d’actions aurifères n’ont pas été à la fête depuis le début de l’année, avec un recul moyen de 7,3 % qui s’explique essentiellement par le recul de 6 % du dollar face à l’euro. En effet, les mines d’or qui figurent dans les portefeuilles sont le plus souvent américaines ou canadiennes. Les performances sont cependant bien meilleures sur trois ans et sur cinq ans, avec des gains respectifs de 46,8 % et 53,1 % qui les situent parmi les deux meilleures catégories de fonds. Toutefois, la sélection du fonds recèle une grande importance. Les progressions sont très disparates en dépit d’un échantillon réduit. Sur cinq ans, Sicav Placeuro Gold Mines bondit de 98,7 % pendant que LCL Actions Or Monde se contente d’un gain de 24,8 %. De même, sur trois ans, Share Gold s’apprécie de 97,5 % contre seulement 30 % pour BGF World Gold. Ces divergences de résultats s’expliquent par la sélection des titres.

Les meilleurs font la part belle aux mines d’or juniors qui offrent une forte croissance alors que les derniers privilégient les grandes capitalisations. Ainsi, les mines juniors représentent plus de 60 % du portefeuille de Share Gold et les principales lignes de Placeuro Gold Mines sont des titres peu connus comme Golden Star Resources, Buenaventura et Silver Wheaton.

L’ascension exubérante de l’or physique

Depuis la crise financière de 2008, les investisseurs occidentaux, qui avaient délaissé l’or physique, au profit des fonds aurifères, des mines d’or et des trackers, ont retrouvé de l’intérêt pour les lingots et les pièces d’or. Vendeuse nette d’or, à raison de 22 tonnes par an en moyenne, entre 2000 et 2008, la France est repassée acheteuse nette, à 0,9 tonne en 2009, et à 1,2 tonne en 2010.

L’or physique peut être acheté, à Paris ou en province, dans les banques, les bureaux de change spécialisés et tous les réseaux habilités à vendre de l’or aux particuliers. Les frais à l’achat ou à la vente sont en moyenne de 2 %. Si vous choisissez de faire garder votre or par la banque, les frais de conservation se situent autour de 1,5 % à 1,7 % par an.

Achat en ligne

Le courtier en ligne Cortal Consors, filiale de BNP Paribas, qui permet, depuis juillet 2009, d’acheter sur son site Internet des lingots et des napoléons, a, à ce jour, vendu près de 30.000 napoléons et de 300 lingots d’or. Lingots et napoléons ainsi acquis, peuvent être inscrits sur le compte titres du client et conservés, en toute sécurité, chez CPoR Devises, principal intermédiaire sur le marché français. CPoR Devises, lui même, a innové, en proposant depuis novembre 2010, la vente de lingotins, des barres de 50 à 500 grammes d’or, donc plus accessibles que le lingot, qui valait 33.990 €, le 19 avril. A mi-mars, plus de 4.000 lingotins ont été vendus, principalement des 50 grammes (à 1.750 €). Outre les lingots et lingotins, les particuliers ont le choix entre 16 pièces d’or cotées , dont le Napoléon de 6,4516 grammes (204,90 €), mais aussi des pièces étrangères comme le peso mexicain.

Attention, lingotins et pièces d’or sont affectés d’une prime, décote ou surcote par rapport à leur valeur en poids d’or, dont le montant évolue en fonction du niveau de stress du marché. Sur le plan fiscal, depuis 2006, les vendeurs d’or physique ont en principe le choix. Soit rester dans l’anonymat et acquitter la taxe de 8 % qui s’applique au montant de la vente. Soit opter pour le régime d’imposition de droit commun des plus-values sur biens meubles. Dans ce cas, la taxe de 31,3 % s’applique à la plus-value avec une décote de 10 % par an à partir de la troisième année de détention (exonération totale au-delà de 12 ans). Pour exercer cette deuxième option, le vendeur doit pouvoir justifier de la date et du prix d’acquisition de l’or cédé, ou prouver qu’il le détient depuis plus de douze ans.

Les trackers ou l’or papier

Pour investir dans le métal fin, il existe des supports en dehors de l’or physique (voir ci-contre) et des parts de fonds (voir ci-dessus) : ETP (exchange traded products), ETC (exchange traded commodities), ETN (exchange traded notes) et certificats spécialisés. Ce ne sont pas des fonds, mais des titres (obligations à coupon zéro) adossés à un contrat d’exposition au sous-jacent. S’il n’y a donc pas stricto sensu d’ETF (exchange traded funds), ou trackers, sur l’or, le terme est employé indifféremment, par souci de simplification, car les produits cités font partie de la famille indicielle.

Métal jaune et billet vert

Gagés sur l’or physique ou construits à partir de contrats à terme (ce qui les rend un peu plus onéreux, car il faut rouler les positions d’une échéance à l’autre), les ETP permettent une fidèle réplication des cours du métal, aux frais de gestion et de transaction près. Ils s’achètent et se vendent en Bourse facilement, comme une valeur mobilière cotée. Ils offrent aussi une exposition au dollar, bien que les évolutions du métal jaune et du billet vert soient en principe inversement proportionnelles.

Le responsable de la recherche et de la stratégie d’investissement chez ETF Securities, Richard Brooks, commente : « Les en-cours mondiaux des ETP sur les matières premières ont atteint le niveau record de 174 milliards de dollars à la fin du premier trimestre 2011. Les ETP sur l’or ont enregistré des flux sortants importants au mois de janvier, mais ces flux se sont rapidement inversés et se sont gonflés de près de 1 milliard de dollars au mois de mars, alors que les risques politiques, financiers et inflationnistes au niveau mondial augmentaient.

Vendre son Or

Les vacances approchant certains investisseurs pourraient aussi se demander si la période n’est pas idéale pour vendre certains objets en Or. Effectivement, le niveau de l’once d’or étant assez haut, la période est idéale pour revendre vos objets en or au meilleur prix.

Le site Cashcontreor.fr est un des meilleurs sites de rachat d’or. Vous pouvez estimer avant votre envoi de la somme que vous allez recevoir et avez la certitude d’être payé au cours de l’or du jour. Revendez votre or avec Cashcontreor.fr.

La flambée de l’or toujours d’actualité

Flambée de l'or

Quelle spectaculaire ascension ! Le franchissement du seuil des 1.000 dollars l’once, en septembre 2009, avait déjà été vécu comme un événement symbolique capital. Et voilà qu’aujourd’hui, sur fonds de craintes systémiques profondes et de retour de l’inflation, l’once flirte avec la barre des 1.500 dollars, ce qui porte la hausse à un peu plus de 6 % depuis le début de l’année.

Une hausse en trompe-l’oeil pour les Européens, car la chute du billet vert annule cette progression en euros. La baisse du dollar a d’ailleurs favorisé l’or qui rejoue, à plein, son rôle – perdu au cours des deux précédentes décennies – de valeur refuge face aux fluctuations monétaires. Le signal d’alarme tiré cette semaine par S&P sur la dette américaine est d’ailleurs le catalyseur qui a permis à l’or d’atteindre la barre des 1.500 dollars. La monétisation des dettes publiques, la flambée du pétrole et l’inflation qu’elle induit, notamment dans les pays émergents sont les éléments de fond qui expliquent la ruée vers l’or.

$

L’or bat le dollar ou quand Napoléon bat Benjamin Franklin

Une ruée qui a pris une nouvelle ampleur, avec le développement de produits financiers comme les ETP et autres trackers (lire ci-contre), qui ont fondamentalement modifié la structure de la demande (voir graphique). La demande croît, l’offre pas Le métal jaune est devenu un produit universellement recherché. Le dollar ayant perdu de son lustre, les banques centrales des pays émergents sont devenues friandes d’or pour diversifier leurs réserves de change. En 2010, pour la première fois depuis 22 ans, même les banques centrales de l’Occident et des grands pays industrialisés sont redevenues acheteuses nettes d’or. La demande à des fins d’investissement de la part des particuliers et des institutionnels est toujours aussi forte. C’est vrai pour les produits comme les ETP, ces certificats adossés à un stock d’or physique conservé dans une banque qui ont démocratisé et simplifié la démarche, ou l’or physique (lingots, pièces). Si la demande a décru de 2 % en 2010 par rapport à 2009, l’année a tout de même été marquée par la deuxième plus forte collecte de tous les temps…

C’est vrai aussi, de manière plus surprenante, pour la bijouterie en Chine et en Inde. Les bijoux y sont considérés comme une sorte d’assurance « familiale » de lutte contre l’inflation, et la demande a progressé de 17 % en 2010. Le World Gold Council estime que la demande chinoise et indienne devrait continuer à croître rapidement en 2011. L’achat de bijouterie est, d’ordinaire, très sensible aux prix, mais le verrou psychologique semble avoir sauté. De quoi maintenir la tension sur un marché où l’offre reste limitée. Les possibilités de la développer du côté des mines sont extrêmement restreintes et la politique d’achat des banques centrales a tari une des sources d’approvisionnements du marché.

La hausse se poursuivra mais de manière moins forte

La question est « Et maintenant ? » « On en est arrivé à 1.500 $ l’once après une importante phase de consolidation en février et mars. La hausse ne s’est pas faite comme pour l’argent métal, en flèche, ce qui peut préluder à un retournement tout aussi fulgurant », explique Jean-Philippe Roos, gérant de Fructifonds International Or chez Natixis Asset Management. Les raisons de la hausse persistent « L’or, à l’inverse, a franchi des paliers. Le marché devrait donc logiquement se calmer avant le franchissement d’une prochaine marche, car, sur le fond, les facteurs de soutien sont toujours là. Nous devrions donc assister à une phase de consolidation. Si la hausse se poursuit de manière trop rapide, il conviendra de s’interroger sur l’opportunité d’un allégement. » Consolidation ne veut pas dire décrue. Tant que les doutes systémiques demeureront, l’or restera à des cours élevés.

A terme, nombre d’analystes conservent comme objectif 1.700 $, puis 2.000 $, ce qui correspond, à monnaies constantes, aux niveaux, alors record, atteints par le métal en 1980. Le facteur le plus évident qui pourrait amorcer une baisse serait une réévaluation nette des taux d’intérêt. Celle-ci pourrait conduire ceux qui ont investi massivement dans des ETP à retirer leurs fonds, pour lesquels ils pourraient trouver des destinations bien plus rémunératrices. Pour nombre d’observateurs, ce retrait ne se manifestera pas tant que les taux réels ne dépasseront pas les 2 %. Et, quoi qu’il en soit, une nouvelle donnée doit être prise en compte : celle de la volatilité.

Le moment idéal pour vendre son or

Aujourd’hui il est intéressant de revendre certains de ses bijoux. L’or devrait comme vous l’avez lu continuer à augmenter mais de manière moins importante. Les taux d’épargne devrait dépasser d’ici la fin de l’année les 2% ce qui aura pour conséquence réelle « d’éteindre » cette flambée sur les cours.

Vous pouvez voir fleurir ici et là, des entreprises vous proposant de racheter vos bijoux ou autres objets en or au meilleur prix. Nous vous conseillons de revendre vos bijoux en or sur le site Cashcontreor.fr. La démarche est claire, et grâce au simulateur vous savez exactement ce que vous allez toucher.

Investir dans le Forex

Investir Forex

Doté d’une connexion internet et dans un ordinateur (voir smartphone),l’accès au marché des changes s’est clairement démocratisé pour les internautes, également appelé Forex (pour Foreign Exchange), permet de miser sur l’évolution d’une devise par rapport à une autre. L’investisseur devra tout de même, au préalable, répondre à un questionnaire validé par l’AMF, portant sur son capital et son niveau de connaissance des marchés financiers. En règle générale, il est un consensus, qui veut que l’investisseur raisonnable ne jouera jamais plus du dixièle de son patrimoine sur ce marché très volatile.

Au départ, il est aussi fortement recommandé de télécharger la plate- forme de négociation en ligne en mode essai, pour transmettre des ordres fictifs pendant quelques semaines. Lors de cette phase d’apprentissage, il faut aussi vérifier la disponibilité du courtier, qui doit être joignable par téléphone pour donner conseils et explications au néophyte.

Continuer la lecture de « Investir dans le Forex »