Livret A : le taux 2010 du livret A restera à 1,25%

Taux du Livret AA 1,25 %, le taux du livret A avait atteint son niveau historique le plus bas. Il aurait pourtant dû être ramené à 1% le 1er février 2010, mais la ministre de l’Economie, dérogeant aux règles en vigueur, a choisi de ne pas y toucher.

C’ est avec deux jours d’avance par rapport aux dates de publication prévues que Christine Lagarde, ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé mercredi 13 janvier 2010, le maintien du taux du livret A à 1,25%. Un statu quo positif alors que ce taux, déjà à son niveau historique le plus bas, aurait dû, selon les méthodes de calcul appliquées par la Banque de France, être abaissé dès le 1er février à 1%.

Le taux du livret A : une fleur du gouvernement

Suivant les recommandations du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, la ministre de l’Economie a donc décidé, comme elle s’y était engagée, de ne pas descendre « au-dessous du plancher de 1,25 %». Et ce afin de préserver une rétribution attrayante pour les épargnants et de maintenir des conditions de rémunération de l’épargne favorables au financement de l’économie.

Le calcul du taux du livret A

Tous les 15 janvier et 15 juillet, la Banque de France calcule le taux théorique du livret A. Elle a, pour ce faire, à sa disposition deux formules qui prennent en compte les taux de marché et l’inflation. Au regard des résultats obtenus, la Banque de France retient alors, après arrondi au quart de point le plus proche ou à défaut au quart de point supérieur, le taux le plus favorable aux épargnants.

Le premier mode de calcul consiste à réaliser une moyenne arithmétique entre, d’une part, la moitié de la somme de la moyenne mensuelle de l’Euribor 3 mois et la moyenne mensuelle de l’Eonia. Et, d’autre part, l’inflation en France mesurée par la variation sur les douze derniers mois connus de l’indice Insee des prix à la consommation de l’ensemble des ménages.

Beaucoup plus simple, le second mode de calcul se contente de majorer d’un quart de point le taux d’inflation des douze derniers mois en France.
A noter, la variation entre deux niveaux de taux de livret A (donc entre le taux fixé au 1er février et celui établi au 1er août, ou inversement) ne peut excéder 1,5%. Par conséquent, si la formule appliquée fait apparaître un différentiel de plus de 1,5%, le nouveau taux est fixé à sa valeur précédente augmentée de 1,5%.

Même mode opératoire si le calcul conduit à un taux réduit de plus de 1,5% par rapport au taux en vigueur. Le nouveau taux sera alors établi à sa valeur précédente minorée de 1,5% Des dérogations possibles au calcul du taux La Banque de France peut estimer que des circonstances exceptionnelles justifient une dérogation à l’application des règles de calcul du taux du livret A. Et ce notamment si le nouveau taux ainsi défini ne permet pas de protéger le pouvoir d’achat des épargnants. Si tel est le cas, le gouverneur de la Banque de France est alors libre de recommander au ministre de l’Economie et des Finances de maintenir le taux du livret A à son précédent niveau.

C’est d’ailleurs ce qui ressort des recommandations émises cette fin de semaine par la Banque de France. Au regard de la stricte application de la formule de calcul des taux de l’épargne réglementée, le taux du livret A au 1er février 2010 aurait dû être ramené de 1,25% à 1%. Engendrant, de fait, une érosion du pouvoir d’achat des épargnants au cours des six prochains mois. Pour éviter un tel désagrément, Christian Noyer a donc préconisé de laisser inchangé, à 1,25%, le taux du livret A. En plus d’une dérogation possible sur le niveau des taux, la Banque de France peut également intervenir sur la fréquence de révision de ces derniers. En ce sens, si elle considère que la variation de l’inflation ou des marchés monétaires est trop importante, elle a la possibilité de proposer au ministre de l’Economie de revoir, en plus des 1er février et 1er août, les taux au 1er mai et au 1er novembre.

livret A : l’impact sur les autres épargnes réglementées

Le taux du livret A une fois fixé, ce sont les taux de toute une série de livrets qui sont annoncés en cascade. La rémunération offerte par l’ensemble des livrets réglementés sera donc inchangée pour les six prochains mois.

Ainsi, le taux du livret d’épargne populaire (LEP) est égal à celui du livret A majoré d’un demi-point. Il reste donc à 1,75%.
Celui des livrets d’épargne entreprise, équivalant aux trois quarts du taux du livret A, arrondi au quart de point inférieur, demeure, lui, à 0,75%.
Même rémunération pour les comptes épargne logement (CEL), dont le taux s’établit, hors prime d’Etat, aux deux tiers du taux du livret A arrondi au quart de point le plus proche ou, à défaut, au quart de point supérieur.
Quant au livret Jeune, si le taux de rémunération est laissé au libre choix de chaque établissement bancaire, il ne peut être inférieur à celui du livret A. Il s’établit, par exemple, à 3% nets à la BNP mais à seulement 2,25% nets au Crédit Lyonnais

Une réflexion sur « Livret A : le taux 2010 du livret A restera à 1,25% »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *